Pâques 2018 – La Maison du Chocolat

Hey mes loutres !! Comme les belles éclaircies d’hier, je reviens sur le blog…Si vous avez vu le film “Le jour de la marmotte” (“Groundhog day“), vous devez surement comprendre de quoi je parle ! Avec le printemps, je sors la tête ahaha ! Bref, trêves de plaisanteries, je suis ici pour vous parler d’un sujet très très très sérieux : Pâques ! 

Oui oui, j’ai plusieurs passions dans le vie, et le chocolat y tient une place très important ahah ! Mais attention, pas le chocolat plein de sucre et écoeurant…non, le vrai chocolat que l’on savoure et qui fait vibrer les papilles. Celui qui nous fait passer par plusieurs émotions à la fois. Celui qui nous fait aimer le chocolat noir alors qu’on est plutôt lait à la base. Celui qui sent si bon dès qu’on ouvre la boite écrin…Bref, le très bon vrai chocolat ! 

Pour ma part, je suis une très grande amatrice de la gamme de la Maison du Chocolat. Vous savez, ces jolies boites marrons avec un effet un peu “cuir grainé” ? Attendez, je vous montre : 

Voilà, maintenant nous sommes sur la même longueur d’onde ! Du coup, j’en profite pour vous faire une petite introduction historique de la marque ainsi que ses codes, histoire de vous rallier encore plus de mon coté (obscur) : 

“1977, c’est sur le tard que Robert Linxe concrétise son rêve « réhabiliter le chocolat dans toute sa noblesse » et donne vie à sa vision du chocolat. Lors de son entrée remarquée au « Faubourg » il impose un nouvel état d’esprit, le sien. A 48 ans, il créé La Maison du Chocolat et ouvre le 26 octobre 1977 la première boutique entièrement dédiée au chocolat à Paris, 225, rue du Faubourg Saint-Honoré, juste en face de la Salle Pleyel. 

1978, surnommé « le Sorcier de la Ganache » Robert Linxe consacre le chocolat au rang de matière première d’exception. Il en magnifiera ses subtilités dans ses ganaches – texture fondante réalisée à partir de crème fleurette puis enrobée d’une fine couche de chocolat.

L’un de ses secrets sera de faire ce que les autres ne faisaient pas, invitant à découvrir une autre facette du chocolat, moins doux, moins friandise, plus adulte, libéré de ses excès de sucre et de crème. Il affine ses assemblages de chocolat, peaufine la constance du goût et de façon totalement inédite – pour l’époque – sélectionne des matières premières naturelles de grande qualité.

Entrer chez Maison du Chocolat, c’est pénétrer un univers aux codes iconiques reflétant un chic parisien intemporel. Au-delà du goût, l’émotion du beau entoure le chocolat d’une élégance idéale. Un touché qui évoque le grain du cuir, un ruban frappé crème, un liseré qui souligne, habille. Tels sont les codes du style Maison qui signe, ajuste et prolonge chaque coffret, transformant la singularité de l’éphémère plaisir du chocolat en objets cultes. 

Le chocolat est affaire de générosité. Comme nul autre, il se plie à tous les caprices et adopte les formes, les textures, les consistances les plus diverses. Sa palette gustative s’étend de la douceur crémeuse à l’amertume presque astringente, dans un talent transgénérationnel et culturel sans équivalent.

Le chocolat revêt des plaisirs infinis. Entre une tasse de chocolat chaud, une truffe habillée de cacao, une tablette de chocolat au lait et un sorbet cacao. Entre une ganache corsée et une mousse au chocolat aérienne… que de formes, que de textures et de nuances. Que de goûts différents aussi. Le poudreux du cacao sur la truffe ne suscite pas la même impression gustative que l’onctuosité d’une ganache, le croquant d’une tablette ou le soyeux glaçage d’un éclair…”

Pour en revenir à ma petite histoire, il y a quelques jours, j’ai eu la chance de recevoir deux jolis petits poissons (que vous avez du apercevoir sur mon Instagram) qui font partis de la collection Pâques 2018 imaginée par Nicolas Cloiseau. Encore un grand merci à eux, rien ne pouvait me faire plus plaisir !

Cinq poissons ont mordu à l’hameçon. Rouge, clown, chat, scie, pané, tout est prétexte cette année à faire manger du poisson aux enfants. Si d’ordinaire les arêtes les arrêtent, le coeur de praliné les chavirera. Voici leur composition : 

Poisson chat : Chocolat lait, praliné lait amande à la noix de coco râpée, grillée et caramélisée.
Poisson pané : Chocolat lait, praliné noisette aux éclats de crêpe dentelle.
Poisson clown : Chocolat ivoire coloré, praliné lait aux amandes.
Poisson scie : Chocolat noir, praliné lait amande à la noix de coco râpée, grillée et caramélisée.
– Poisson rouge : Chocolat ivoire coloré, praliné noir amande/noisetteaux éclats de biscuits caramélisés. 

Prix Unitaire : 29 euros la pièce de 130g

Allez, je file déguster mes petits poissons et je vous laisse craquer à votre tour 😉 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Unavocatencuisine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *