Moi, le dernier Tutsi – Charles Habonimana

Il y a des livres qui vous marqueront à jamais … Celui là en fait parti … Je suis bouleversée à tel point que je ne sais même plus ce que je vais bien pouvoir lire après cela ! Est-ce que cela a encore même de l’importance ? Je ne pense pas. Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de recevoir deux romans des Editions Plon dont le récit de Charles Habonimana sur le génocide rwandais en 1994. 

« Il a suffi d’un mot pour que je devienne une proie, un enfant qu’il faut tuer. »
Il a vu ce que des yeux ne devraient jamais voir. L’extermination des siens. Son père et son oncle, assassinés devant lui. Sa mère, ses frères, ses sœurs, jetés vivants dans des fosses pleines d’excréments pour y mourir comme des bêtes. Ses grands-mères, ses tantes, abandonnées sans vie au hasard des fossés. Il n’a que douze ans, mais il a vu ce que des yeux ne devraient jamais voir. Charles Habonimana est un survivant. En avril 1994, lorsque son pays, le Rwanda, bascule dans l’horreur et la folie criminelle, il est condamné. Comme tous les autres Tutsi de Mayunzwe, son village. Comme tous les autres Tutsi du pays. Ses bourreaux vont en décider autrement et faire de lui le symbole du génocide en marche. Il sera « le dernier Tutsi », celui que l’on tuera lorsque tous les autres, ceux du village, auront été éliminés. Placé sous ce terrible statut de mort en sursis, il voit tomber les siens, les uns après les autres. Hommes, femmes, enfants, vieillards. Peu importe.
Son témoignage revient sur ce qui fut l’une des plus terribles tragédies du siècle passé, en l’inscrivant dans l’Histoire des génocides du XXème siècle. Il se veut aussi un chant d’espérance pour l’avenir de son pays.

Il est de ces romans qui vous attirent et ne vous lâchent pas et celui là en fait partie. J’ai eu la chance de pouvoir le demander aux éditions Plon, que je remercie d’ailleurs, et je l’ai entamé quelques jours après sa réception.

J’ai toujours été sensible à ces sujets, particulièrement à ceux dont on entend peu parler, aussi tragiques qu’ils ont pu être. Je me souviens que, petite, mon beau-père avait voulu nous sensibiliser, mes frères et moi, à la question du génocide rwandais à travers le film Hotel Rwanda. J’étais mortifiée, abasourdie que des humains soient capables de faire une chose pareille. Je ne vais pas revenir sur ce film car j’ai été pétrifiée par les images, mais paradoxalement je voulais savoir, je voulais comprendre comment cela avait bien pu arriver ! Sauf qu’avec des yeux d’enfant on ne voit et ne comprend pas la même chose. Aujourd’hui, à 27 ans, j’ai été submergée par l’émotion tout au long du récit de Charles, 12 ans à l’époque. 

Ce qu’il décrit est tellement réel que j’en ai eu la nausée, forcée de faire des pauses entre les chapitres. Pourtant encore une fois, j’avais envie de savoir comment cet enfant et son pays ont eu la force de s’en sortir, de se relever mais surtout d’accorder leur pardon ! Le récit de Charles Habonimana est emprunt de dureté mais aussi de vérités sur la participation de l’Europe à ce “huis clos” comme il l’appelle.  Comment l’Homme est-il capable de s’infliger autant de souffrances ? Pourquoi avoir voulu dès le départ “caser” les Hommes dans des catégories et ainsi créer une supériorité ? Mais surtout, a-t-on touché le fond de la Haine ? Toutes ces questions, je n’ai pas arrêté de me les poser tout au long de ma lecture. Je ne sais même pas quoi dire d’autre sur ce magnifique et tragique témoignage, si ce n’est que je vous le conseille vivement afin de recevoir une belle “leçon d’humanité” du peuple rwandais, le plus sûr du monde. 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Quelle claque ...
5

Un roman tristement réel

… que l’on ne pourra/devra jamais oublier !

Unavocatencuisine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *